Heimat

Notre univers


Avant on trainait en after, maintenant on est restaurateurs! Jadis isolée du reste du monde, Berlin s’est forgée un mental de fer, entre guerre-froide, et cultures underground qui jalonnent son univers ! Puis le mur s’est cassé la figure. Elle devint moins pauvre, mais encore plus libre et sexy ! Sa cuisine quant à elle s’est enrichie des apports successifs de chaque communauté, comme des bons classiques allemands à revisiter...

A présent nous militons avec acharnement pour transformer chaque visiteur en accroc des saveurs et junkie de la bière allemande !

Produziert in Berlin


Là où Monsieur Plaisir et Madame Pêché dansent dans le même cabaret...

Au début des années 2000, un bruit se fait légèrement insistant, la rumeur court qu’un trip parmi tous les trips est en train de voir le jour. Il prendrait place dans une ville où 1/3 des bâtiments sont abandonnés à l’Est, là où monde occidental et monstres de béton rescapés d’ex RDA se donnent rendez-vous dans un seul et même corps : Berlin.

Le Bistro Berlin 1989 est un lieu en hommage à cette capitale dont nous kiffons le fouillis, l’âme, la cuisine et la bière, sans tomber dans le piège de la hype et des stéréotypes. A la fois biergarten & restaurant, nous avons imaginé un rêve, pour vous et pour nous. Une brasserie différente et militante, il fallait rentrer en France pour raconter ça.

Découvrez l’histoire intégrale,
sans coupure, sans censure !

J’ai fais mon premier séjour à Berlin en 2004. Personne ne parlait vraiment d’elle depuis l'onde de la chute du mur en 89. Il faisait un froid polaire, environ -18°, les autochtones semblaient de prime abord hostiles, les jeunes du coin graffaient à visages découverts, et les murs étaient encore parsemés d’impactes de balles. L’histoire est palpable, il n’y a qu’à tendre la main, et tout semble arrêté. Mais pour comprendre Berlin à l’époque il faut du temps, ce temps où l’on marche en disant rien. Progressivement la ville se met à nu. Des bains turques mixtes où le port du maillot est interdit, aux Trabant jouant la fausse mélodie d’une capitale écorchée, sans oublier les currywurst, les cigarettes, et les baisers langoureux entre inconnus au coin d’un fût : c’est peut-être la meilleure ville de la terre !